Sur la route d'Oxiane digressions diverses

LeBlog OXiane

5 juin
2014

Apple enterre Objective-C avec Swift ?

Lire la suite du bllet »

Manuel François

tHeFeaTuReDMaN

29 avr
2014

PhoneGap Developper App

Voici depuis quelques jours un nouvel outil fort sympatique dans la famille Cordova / PhoneGap : Developper App.
De quoi s’agit-il ?

- Une application mobile, disponible sur iOS et Android et bientôt sur Windows Phone.
- Une ligne de commande.

Le tout permet de lancer son application sur n’importe quel device sur lequel est installé App, sans avoir besoin de builder via les commandes « platform », et sans avoir à re-déployer sur PhoneGap Build ! Donc techniquement, vous modifiez votre application hybride et à la sauvegarde, vous voyez le résultat sur votre device … beautiful.

La procédure est réellement super simple :

- Installer la dernière version de phonegap via NPM
- Créer une application phonegap
- Lancer le serveur phonegap (pour l’instant, la commande n’est disponible que via l’API phonegap, mais devrait être portée sur cordova sous peu)

- Installer l’App sur son device : version Android
- Se connecter à l’adresse

Franchement, c’est encore plus simple d’utilisation que Adobe Edge Inspect – ce qui ne veut pas dire que ces deux produits ont un rapport ;) …

On peut facilement imaginer se dispenser de l’étape souvent bâtarde qui consiste à tester les premières étapes de son application sur un « simple » Chrome par exemple.


Une petite note à l’attention des développeurs, il peut arriver que vous soyez connecté à plusieurs réseaux, et dans ce cas, la commande « serve » trouve la première adresse IP disponible, même si elle n’est pas active. Il est probable que votre serveur tourne dans la plupart des cas sur une adresse en 192.168 …
Autre chose, faites attention comme toujours à vos différents antivirus, firewall et autres restrictions qui pourraient bloquer les commandes nodejs envoyées via phonegap.

Alain Boudard

aboudard

8 avr
2014

Olivier LOMBARD avec le Sébastien LOEB Racing Team au volant de l’AUDI R8 LMS ULTRA en ELMS !

OXiane est fière de vous annoncer la participation d’Olivier LOMBARD avec le Sébastien LOEB Racing Team au volant de l’AUDI R8 LMS ULTRA en ELMS !

« Je suis plus que ravi de rejoindre le Sébastien Loeb Racing » confie Olivier. « Je vais découvrir la voiture et le team, mais j’ai toujours su m’adapter rapidement. Mon objectif est de progresser et de me rapprocher au maximum de Mike Parisy tout en décrochant de bons résultats. Au-delà d’un nom prestigieux, le Sébastien Loeb Racing est une équipe très professionnelle. J’ai été séduit par la possibilité de relever un nouveau challenge en me confrontant aux nombreuses GT. C’est dans la continuité de la Porsche Carrera Cup. La Cup’ se rapprochait du GT et je connais déjà l’ELMS mais en Protos. Ce sera donc un mix des deux. »

Le site web d’Olivier : www.olivierlombard.com

Plus d’infos sur le site de Sébastien Loeb Racing Team : http://www.sebastienloebracing.com/olivier-lombard-au-volant-de-laudi-r8-lms-ultra-en-elms/

Jean-Louis Rousselin

jlrousselin

24 fév
2014

Dart Flight School

Après de très bonnes présentations lors des derniers JUG à Montpellier

  • AngularJS la plateforme Javascript de Google,
  • Vert.X une nouvelle plateforme événementiel pour la JVM accès sur la performance et la montée en charge
  • Neo4J qui nous a permis de comprendre tout l’intérêt des bases de données de graphe
Retour sur le dernier JUG Montpellier, où cette fois-ci c’est une mini-présentation de DART et surtout un codelab pour faire nos premières armes en DART.

 

 

A l’occasion de la sortie de Dart 1.0, Google organise dans le monde entier le « Dart Flight School«  durant le mois de Février et permet ainsi sous forme d’atelier de découvrir ce langage.

 

Dart est un langage orienté objet, optionnellement typé et vise à concurrencer Javascript dans nos navigateurs.
Dart peut être compilé en Javascript ou s’exécuter nativement dans une version modifiée de Chomium. (Dartium) ayant une Machine Virtuelle Dart.
Dart peut aussi s’exécuter côté serveur.

 

Ce codelab par la réalisation d’une petite application de gestion de films nous a permis de comprendre les bases de Dart et de voir la syntaxe qui peut être assez puissante (et se rapprocher de Scala) et compacte (mais attention à la lisibilité alors).

 

 

En tout cas félicitation à l’équipe du JUG Montpellier pour ce superbe travail de préparation. La salle était pleine ce qui montre l’engouement suscité par ce langage.
La question que je me pose maintenant : faut-il se mettre à AngularJS ou à AngularDart ? De toute façon les concepts sont proches …
Emmanuel Pavaux

epavaux

13 fév
2014

AngularJS mobile avec Ionic

Pour ceux qui suivent un peu l’actu des applications mobiles hybrides, et plus particulièrement celles qui utilisent la plateforme Cordova / Phonegap, il y a un blog incontournable, celui de Holly Schinsky.
Récemment, nous avons commencé à dispenser des formations AngularJS à OXiane, ainsi que des projets de développement.

Je suis très porté sur le développement mobile, et l’opportunité de développer pour mobile via Angular permet de faire une jonction logique entre deux mondes très proches : le web et le mobile.

Venons-en au fait : que choisir pour designer son application hybride ?
Nous avons choisi un framework mobile encore très jeune, toujours en beta à la date de rédaction, c’est Ionic.
A vrai dire j’avais commencé à designer les écrans avant d’avoir lu ce très bon article de Holly.

Son article expose très bien les qualités de ce framework UI, mais pour apporter ma petite contribution, je dirais que ses points forts sont :

  • La réflexion autour d’AngularJS, avec l’utilisation de directives spécifiques en s’appuyant sur des plugins Angular.
  • La gestion des états via AngularJS pour afficher ou non un bouton back
  • La légèreté du code d’une manière générale (par rapport à un jQuery mobile par exemple).
  • Les nombreux widgets qui viennent répondre aux besoins les plus courants d’un designer d’interface mobile : listes, boutons, blocs avec ou sans padding, éléments de type « cards » avec header et footer … etc.
  • Un joli menu de type NavigationDrawer Android, très sympa.
  • L’utilisation de SASS pour décorer son application suivant sa propre charte graphique.
  • L’utilisation d’icônes ionicons basées sur des polices, et donc parfaitement adaptées à des multiples résolutions.

Bon, pour ce qui est de SASS, on pourrait imaginer un mode un peu plus souple, car pour l’instant, il faut modifier un ou plusieurs fichiers livrés avec le framework pour lancer le build de sa CSS finale, c’est très simple, mais lors d’une nouvelle version du framework (et c’est très souvent) il faudra faire une fusion des fichiers … pas top.

Le montage d’une application est très simple et des ressources bien faites permettent de commencer. Ce qui est essentiel pour Ionic, c’est de s’intégrer sur la plateforme Cordova, ce qui permet en quelques lignes de code de préparer un projet et de le lancer sur un device. Une petite page permet de se rendre compte de la facilité d’utilisation. En fait les lignes de commande ionic sont des portages de cordova, qui a évolué depuis quelques versions pour une grande rapidité de déploiement !

Si vous utilisez un émulateur Android GenyMotion, sachez que pour un PC, il est reconnu comme un device, ce qui est très pratique pour lancer la commande « run » de cordova (ou d’ionic).
Avec une simple commande « cordova run android » … et zou !

J’ai trouvé le développement sous SublimeText très rapide, on a aussi bien les outils Angular que les commandes de build Sass.
Autre aspect non négligeable, les premiers tests de fonctionnement peuvent très bien se faire sans serveur ni device ni même émulateur, un simple navigateur fera l’affaire ! (Attention cependant, Firefox n’aime pas le slide menu … pourquoi …)

A priori, les ionicons sont basées sur Icomoon, une bibliothèques d’icones et un outil bien sympa pour générer vos propres icônes au format fonte, en attendant l’arrivée des SVG qui devrait rendre ce système un peu inutile dans pas mal de situations. Pour l’instant, c’est un très bon moyen de personnaliser son appli hybride Ionic !

Alain Boudard

aboudard